Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS-TORTURE / BURUNDI

RAPPORT N°87 DE SOS-TORTURE/BURUNDI PUBLIE LE 12 AOUT 2017

13 Août 2017 , Rédigé par DDH-Burundais

Ce rapport de SOS-Torture couvre la période du 5 au 12 août 2017 concernant les violations des droits de l’homme au Burundi.

Le rapport évoque le traitement cruel, inhumain et dégradant  infligé au Colonel Adrien Kadende par les autorités de la prison de Mpimba à Bujumbura. Depuis une semaine, le directeur de prison refuse que l’officier en détention soit hospitalisé et opéré des blessures de balles. Ce détenu a été transféré d’urgence de Rumonge vers Bujumbura, après qu’un policier de garde à la prison de Rumonge lui ait tiré dans les hanches à bout portant dans une tentative de l’éliminer physiquement selon les informations collectées par SOS- Torture. Le ministère de la Justice et tout le corps judiciaire restent silencieux face à l’attitude des directeurs de prisons qui s’acharnent sur les prisonniers politiques.

Au moins neuf (9) personnes ont été assassinées au cours de la période. Parmi les victimes, quatre(4) ont été jetées dans des rivières et deux(2) sont des enfants victimes d’une explosion de grenade. A ce nombre s’ajoute la mort suspecte d’un(1) militaire de la Brigade spéciale de protection des Institutions (BSPI) que l’armée présente comme un suicide dans les enceintes mêmes de la présidence de la République.

Au moins vingt (20) personnes ont été arrêtées dans différentes localités au cours de la semaine. Les arrestations sont menées par des agents de la police, du service national des renseignements aussi bien que des miliciens imbonerakure du parti au pouvoir CNDD FDD qui agissent en violation de la procédure et de la loi. A ce nombre s’ajoutent cent cinquante (150) personnes arrêtées dans la ville de Bujumbura dont des mineurs sans logement, des mendiants et des prostituées.

Le rapport évoque aussi la situation carcérale en ce début du mois d’août 2017. En un mois, 150 nouveaux détenus sont venus grossir le nombre de détenus dans les prisons du Burundi.

 

  1. Atteintes du droit à la vie et à l’intégrité physique
  • Les autorités pénitentiaires de la prison de Mpimba en zone Musaga (sud de la ville de Bujumbura) agissent de manière criminelle en refusant le droit à un détenu blessé par balles de se faire soigner. Il s’agit du Colonel Adrien Kadende, un officier de l’armée touché par balles aux hanches lorsque la police de la prison de Rumonge (sud-ouest du pays) a tiré à balles réelles sur des prisonniers le 3 août 2017 (cfr rapport Sos-Torture Burundi N°86 : http://sostortureburundi.org/wp-content/uploads/2016/08/SOS-Torture-Burundi-nume%CC%81ro-86-en-Fr-1.pdf).

Les autorités médicales de l’hôpital de Rumonge ont pourtant ordonné son transfert vers la ville de Bujumbura le 4 août 2017 pour recevoir des soins appropriés, étant donné l’urgence de soigner le détenu. Des proches rapportent que dès son arrivée à Bujumbura, le véhicule le transportant a été intercepté et redirigé vers la prison centrale de Mpimba, au lieu d’un hôpital. SOS-Torture Burundi a été informé   que la décision de refuser des soins appropriés au Colonel Kadende émane du directeur de la prison de Mpimba.

Bien que par après, le détenu grièvement blessé ait été conduit à l’hôpital militaire de Kamenge, le même directeur a récidivé le 5 août 2017, en retirant de force le Colonel Kadende de l’unité de chirurgie de l’hôpital militaire (nord de la ville de Bujumbura), alors que les médecins s’apprêtaient à l’hospitaliser et l’opérer pour lui retirer la balle qui loge toujours dans son corps.. Le détenu est maintenu en prison, alors qu’il n’a toujours pas été opéré. Ce qui viole la loi n 1/16 du 22 septembre 2003 portant régime pénitentiaire,  spécialement en son article 33, paragraphe III, et la constitution de la république du Burundi en en son article 25.

https://pbs.twimg.com/media/DGZZYImXUAErF8t.jpg

Le Colonel Adrien Kadende, grièvement blessé par balle mais toujours pas admis à recevoir des soins depuis plus d’une semaine

L’attitude du directeur de la prison de Mpimba confirme les craintes de SOS-Torture Burundi quant à la volonté des responsables de certains centres pénitenciers d’attenter à la vie de détenus politiques. Le Colonel Adrien Kadende est détenu pour atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat depuis septembre 2016. Cet officier est aussi un ancien membre des Forces Armées Burundaises (ex-FAB) dont plusieurs de ses camarades (officiers, sous-officiers et hommes de rang) ont été victimes de harcèlements et de fortes intimidations allant jusqu’à des arrestations et assassinats ciblés depuis le début de la crise. Le directeur de la prison de Rumonge (OPC2 Jean Claude Ntirandekura) ainsi que celui de la prison de Gitega (OPC Alexis Manirakiza) agissent tous de la même manière, à savoir un traitement inégal des détenus sur base politique accentué par un endoctrinement dangereux des détenus du parti au pouvoir CNDD FDD pour les monter contre les prisonniers politiques (cfr rapport Sos-Torture Burundi N°86 et 84 : http://sostortureburundi.org/wp-content/uploads/2016/08/SOS-Torture-Burundi-nume%CC%81ro-84-en-Fr.pdf).

SOS-Torture Burundi demande à la Ministre de la Justice, dont l’administration  pénitentiaire relève de sa compétence de prendre en mains le cas du Colonel Kadende afin qu’il soit soigné de manière appropriée conformément aux textes de loi, régissant les droits et devoirs des personnes privées de libertés. L’autorité ministérielle doit aussi prendre en considération les graves incidents survenus ces derniers jours dans les prisons de Gitega et Rumonge afin d’éviter le pire dans ces maisons de détention qui abritent de nombreux détenus politiques.

  • Des individus non identifiés ont assassiné deux(2) enfants dans une attaque à la grenade sur la colline Nyamarumba, zone Munagano, commune et province Muyinga (nord du pays) le 6 août 2017 dans la soirée. Des proches rapportent que les enfants étaient dans la maison avec leurs parents. SOS-Torture Burundi note que la police n’a identifié aucun suspect à ce jour.
  • L’armée burundaise a annoncé le suicide du Caporal-chef Nishemezwe survenu le 6 août 2017 à son lieu de travail à la présidence de la République du Burundi où il était membre de la Brigade Spéciale de Protection des Institutions (BSPI). Ce militaire venait de rentrer six mois plus tôt d’une  mission de maintien de la paix en Centrafrique.

Une enquête devrait être diligentée pour connaitre les circonstances exactes de ce prétendu  suicide. SOS-Torture craint une nouvelle forme d’exécution de certains éléments de l’armée. Ce n’est pas la première fois que les organes de sécurité annoncent le suicide d’un membre des forces de sécurité, qui s’avère après enquête être un assassinat déguisé. SOS-Torture Burundi rappelle le cas de l’Adjudant Eddy Claude Nyongera tué dans les enceintes du service national des renseignements après une longue séance de torture ; mais que la police a tenté de maquiller en suicide (cfr rapport Sos-Torture Burundi N°40 : http://sostortureburundi.org/wp-content/uploads/2016/10/SOS-TORTURE-BURUNDI-RAPPORT-N%C2%B040.pdf).

  • Des individus non identifiés ont assassiné trois(3) personnes dont les corps ont été découverts le 7 août 2017 dans la rivière Ruhwa séparant la province Cibitoke (nord-ouest du pays) et le Rwanda. Des témoins rapportent que la police et l’administration n’ont pas déterminé l’identité des victimes à ce jour, ni les circonstances de leur assassinat.

Les corps ont été repêchés et enterrés sans identification préalable ni enquête.

  • Des individus non identifiés ont assassiné deux personnes dans une attaque à la grenade dans la zone Buyenzi (centre de la ville de Bujumbura) qui a visé un ménage situé à la septième avenue, numéro 49 le 8 août 2017 dans la soirée. L’attaque a aussi fait six blessés. SOS-Torture Burundi note que la police n’a identifié aucun suspect à ce jour.   

   

Une victime de l’attaque à la grenade à Buyenzi

  • Des individus ont assassiné un homme sur la colline Musagara, commune et province Muramvya (centre du pays) le 10 août 2017. Des témoins rapportent que la victime a été lynchée par des habitants de la colline, qui l’accusent de l’avoir pris en flagrant délit de vol. la victime n’a pas été identifiée.

SOS-Torture Burundi note que le lynchage commis par la population sur des présumés voleurs n’est pas réprimé par la justice, alors qu’il s’agit d’un crime.

  • Des individus non identifiés ont assassiné un homme dont le corps a été retrouvé dans la rivière Ndurumu, sur la colline Mutwana, commune Giharo, province Rutana (sud-est du pays) le 10 août 2017. Des témoins rapportent que la victime a été décapitée, sans que la tête ne soit retrouvée et rendant difficile l’identification. Son corps était ligoté et des traces de coups de couteaux pouvaient se voir sur le corps de la victime.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 

La victime décapitée et repêchée de la rivière Ndurumu

 

  1. Atteintes du droit à la liberté et à la sécurité physique 
  • Des agents de la police ont arrêté JeanPaul Ndayishimiye et Honorine Hashazinka au centre de la province Karusi (centre-est du pays) le 4 août 2017. Des proches rapportent que le couple a été interpellé alors qu’il célébrait leur mariage devant l’officier de l’état-civil de Karusi.

 

SOS-Torture Burundi note que la police accuse les deux personnes d’outrage au drapeau national, pour avoir refusé de prendre dans la main le drapeau lors de la célébration du mariage. Il s’agit d’une arrestation arbitraire, étant donné que le mariage est régi par le  Code  des personnes et de la famille où aucune disposition ne prévoit que les couples doivent prêter serment en tenant le drapeau national.

 

Disposition du Code des personnes et de la famille du Burundi quant à la célébration du mariage civil

 

  • Des miliciens Imbonerakure du parti au pouvoir CNDD FDD ont infligé une série de bastonnades aux habitants du centre de la province Makamba (sud du pays) le 4 août 2017. Des témoins rapportent que le tort des victimes est d’avoir ouvert leurs boutiques et d’autres services au moment où le président du Sénat burundais participait aux travaux communautaires de construction d’un stade à Makamba. Les mêmes miliciens imbonerakure ont rançonné près de 30.000 francs à chaque travailleur privé qui a ouvert sa boutique ou son service.

 

SOS-Torture Burundi note à nouveau un mouvement incontrôlé des miliciens imbonerakure qui imposent leur loi illégalement et sans que l’administration locale, la police et le parquet n’agissent pour protéger la population.

 

  • Des agents de la police ont arrêté cinq(5) jeunes hommes sur la colline Rusenda, commune Bukinanyana, province Cibitoke (nordouest du pays) le 5 août 2017. Il s’agit tous de militants du parti d’opposition FNL (Front National pour la Libération), accusés de n’avoir pas participé à une fête communale.

 

SOS-Torture Burundi note et salue l’intervention de l’administration communale pour faire libérer ces cinq personnes après plus de deux heures de détention illégale et arbitraire. La loi ne prévoit aucune participation obligatoire à de telles cérémonies.

 

  • Des agents de la police ont arrêté une mère et ses deux fils sur la colline Buheka, zone Kazirabageni, commune Nyanza Lac, province Makamba (sud du pays) le 5 août 2017. Il s’agit de Pauline et ses enfants nommés Irambona et Sirabahenda. Des témoins rapportent que les policiers, qui n’avaient aucun mandat, étaient guidés par des miliciens imbonerakure de la colline, qui ont désigné les personnes à arrêter.

 

SOS-Torture Burundi a aussi appris que cette arrestation est due à une autre tentative illégale menée par les miliciens imbonerakure du parti CNDD FDD la veille qui venait arrêter le fils Irambona. La famille a résisté face à la tentative d’arrestation illégale, et des miliciens imbonerakure ont été blessés. Ces miliciens qui tentaient d’arrêter l’un des fils de Mme Pauline ont été identifiés par la famille : il s’agit de Charles Nduwayo et Silas Hatungimana. 

 

SOS-Torture Burundi note que l’arrestation de toute la famille par la police est un acte de représailles qui renforce les miliciens imbonerakure dans leurs exactions incontrôlées. La police devient complice de ces actes, au lieu de faire respecter la loi et l’ordre.   

 

  • Des agents de la police ont arrêté au moins cent cinquante (150) personnes le 7 août 2017 dans la ville de Bujumbura. Des témoins rapportent que parmi les personnes arrêtées figurent une trentaine d’enfants de la rue sans logement, des mendiants et des personnes soupçonnées de prostitution.

 

SOS-Torture Burundi note que la police accuse ces personnes dans l’ensemble d’être à l’origine de l’insécurité dans la ville de Bujumbura. Ces accusations ne sont pas étayées par des preuves. Le gouvernement burundais doit analyser la situation de ces personnes dont la majorité sont des vulnérables, et les placer dans des centres de prise en charge appropriés. 

 

  • Le responsable adjoint du service national des renseignements de la province Cibitoke (nordouest du pays) nommé Anaclet Bikorimana a arrêté Claude Nzeyimana et Jérôme Kwisesa au centre de la commune Buganda le 7 août 2017. Il s’agit de militants du parti d’opposition FNL fidèles à Agathon Rwasa (vice-président de l’Assemblée Nationale). Des proches rapportent qu’ils ont été embarqués dans un véhicule immatriculé D3978A et sont accusés d’être rentré au Burundi trois jours plus tôt en provenance de la République Démocratique du Congo (RDC).

 

SOS-Torture Burundi note qu’ils ont été acheminés vers la ville de Bujumbura et sont victimes d’arrestation arbitraire, car la liberté de mouvement est garantie par la loi.  

 

  • Des agents de la police ont arrêté Ladislas Ntahinyeretse au centre de la commune et province Karusi (centreest du pays) le 9 août 2017. Les agents étaient munis d’un mandat délivré par le parquet de Karusi, pour destruction de l’environnement. Des proches rapportent cependant que M. Ntahinyeretse était en possession de documents légaux du ministère de l’environnement et de l’administration l’autorisant à abattre une partie des arbres de sa propriété.

 

SOS-Torture Burundi note que M. Ntahinyeretse est un membre du parti d’opposition UPRONA (Union pour le Progrès National) des fidèles de Charles Nditije. Il a aussi été élu comme député en 2015 au sein de la coalition Amizero y’Abarundi, mais a refusé de siéger car opposé au troisième mandat du président Burundais Pierre Nkurunziza. Cette arrestation semble motivée par des mobiles politiques, étant donné que le parquet n’a pas pris en considération les documents en possession de M. Ntahinyeretse. Il a par la suite été libéré le 10 août 2017, après paiement d’une amende de 3.400.000 francs imposée par le parquet de Karusi.

 

  • Des miliciens Imbonerakure ont arrêté illégalement Emmanuel Nzambimana, Emile Bankuwunguka et Claude Nizigiyimana dans la commune Matongo, province Kayanza (nordouest du pays) le 9 août 2017. Des témoins rapportent que ces trois hommes sont des enseignants et en même temps des membres de l’opposition. M. Nzambimana est membre du parti UPRONA tandis que M. Nizigiyimana milite pour le parti FNL.

 

SOS-Torture Burundi note que ces personnes sont victimes d’avoir déposé une plainte contre le parti au pouvoir CNDD FDD.

 

  • Des agents de la police ont arrêté Apollinaire Mbazumutima, Israël et Nasra sur la colline Bukeye, commune Kibago, province Makamba (sud du pays) le 9 août 2017. Il s’agit de conducteurs de taximotos (les deux premiers) et de leur ami de nationalité tanzanienne. Des témoins rapportent que leur tort est d’avoir transporté un sac de café.    

 

  • Un milicien imbonerakure nommé Frédéric Ngendakumana a arrêté Zachée Ndagijimana sur la colline Musenyi, commune Rugombo, province Cibitoke (nordouest du pays) le 11 août 2017. Il s’agit d’un responsable politique local du parti d’opposition FNL fidèle à Agathon Rwasa.

 

SOS-Torture   qualifie cette arrestation d’illégale et arbitraire ; la police doit libérer M. Ndagijimana.

 

  1. Situation carcérale au Burundi au début du mois d’août 2017

 

La situation carcérale au Burundi montre une croissance en hausse continue du nombre de détenus dans les prisons. Au début du mois de juillet, le nombre de détenu était de 9.734 (cfr rapport SOS-Torture Burundi N°85 : http://sostortureburundi.org/wp-content/uploads/2016/08/SOS-Torture-Burundi-nume%CC%81ro-85-Francais.pdf ).

 

Au début du mois d’août, le nombre de détenu se monte à 9.879 personnes. SOS-Torture Burundi note qu’en un mois, 145 nouveaux détenus sont venus grossir le nombre de prisonniers au Burundi. Les personnes en détention préventive  sont plus nombreuses  que les  personnes  qui purgent  leurs peines (déjà condamnées), ce qui renforce la crainte de détentions abusives et arbitraires.

 

La situation carcérale est résumée comme suit :

 

 

 

 

 

 SOS-Torture/Burundi a été initiée dans l’objectif d’informer l’opinion nationale et internationale sur les violations graves des droits de l’homme en cours au Burundi à travers des rapports de monitoring notamment sur la torture, les arrestations arbitraire,  les disparitions forcées, les violences sexuelles et les exécutions sommaires.

Cette initiative d’informer sur les réalités du pays a fait suite au carnage d’une centaine de personnes tuées au cours la journée du 11 décembre et celle du 12 décembre 2015 par des policiers et des militaires sous le prétexte de poursuivre des rebelles qui venaient d’attaquer des camps militaires situées à la périphérie de la capitale

Les zones touchées sont dites contestataires du troisième mandat du Président Nkurunziza à savoir  Musaga, Mutakura, Cibitoke,  Nyakabiga, Jabe, les deux dernières étant situées au centre la Mairie de Bujumbura.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article