Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS-TORTURE / BURUNDI

lancement officiel du site web

25 Novembre 2016 , Rédigé par DDH-Burundais

Communiqué de SOS-TORTURE / BURUNDI à l’occasion du lancement de son site web

A l'occasion de la publication son troisième rapport trimestriel, SOS-TORTURE / BURUNDI a le plaisir d'annoncer au public qu'il lance officiellement son site http://sostortureburundi.org

Alors qu'auparavant, les rapports de SOS-TORTURE / BURUNDI étaient publiés en ligne sur le blog sostortureburundi.over-blog.com, désormais, les publications seront accessibles sur la nouvelle plateforme web avec plus de possibilités de télécharger les rapports et images en formats divers Word, Pdf, images et vidéos en perspectives.

Ainsi donc, vous aurez accès à toutes nos publications et des éléments d'actualité. Le site web est interactif, une fenêtre vous est réservée pour contacter les responsables de SOS-TORTURE / BURUNDI en postant votre message via un formulaire.

Nous voudrions rappeler que SOS-TORTURE / BURUNDI a été initiée dans l’objectif d’informer l’opinion nationale et  sur les violations graves des droits de l’homme en cours au Burundi à travers des rapports de monitoring notamment sur la torture, les arrestations arbitraire, les disparitions forcées, les violences sexuelles et les exécutions sommaires.

 Cette initiative d’informer le public sur les réalités du pays a fait suite au carnage d’une centaine de personnes tuées au cours la journée du 11 décembre et celle du 12 décembre 2015 par des policiers et des militaires sous le prétexte de poursuivre des rebelles qui venaient d’attaquer des camps militaires situées à la périphérie de la capitale.  Depuis, les violations des droits de l'homme n'ont jamais cessé et font objet de dénonciations par différentes organisations de défense des droits de l'homme tant au niveau national qu'international.

lancement officiel du site web

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mugufi 18/01/2017 01:14

Ubu beshi.com ntawe bwereye.